Le concept de dispersion de la chaleur est très important dans la construction, non seulement parce que c’est un facteur qui peut faire une différence sur le confort de vie, mais il a d’énormes avantages pour l’environnement. Faire comprendre ce dernier concept est très important pour nous car il est souvent sous-estimé. Choisir d’avoir une maison bien isolée, c’est d’abord optimiser les coûts de chauffage et de refroidissement des ambiances domestiques, limiter l’utilisation de ces systèmes domestiques au strict nécessaire contribuera par conséquent à réduire la pollution de l’air. On sait désormais que le chauffage domestique pollue plus que les transports mais adopter des solutions intelligentes peut contribuer à renverser cette théorie.

Dispersion thermique 

Ce qu’il faut faire, c’est réduire les pertes de chaleur, mais qu’est-ce que cela signifie ? L’ indice de dispersion thermique d’ un bâtiment fait référence à la facilité avec laquelle la chaleur interne parvient à s’échapper de la maison en traversant les murs et, inversement, à la facilité avec laquelle la chaleur parvient à entrer en été. Cependant, il existe des moyens de corriger ces dispersions.

Le concept d’utilisation thermique est devenu couramment utilisé non seulement dans le secteur du bâtiment, car il vient également de tous les citoyens ordinaires qui réalisent à quel point leur appartement présente des problèmes du point de vue de l’isolation thermique.

Minimiser les déperditions de chaleur est l’un des principaux objectifs d’une activité comme la nôtre, mais pour y parvenir il est important de mieux connaître le phénomène et surtout de pouvoir le vérifier de manière autonome.

Solutions à la dispersion thermique

Les études réalisées par des spécialistes compétents sur le sujet nous offrent des pourcentages pour comprendre quelles zones de la maison sont les plus touchées par les pertes de chaleur et suggèrent quelles sont les interventions prioritaires.

·         60% surfaces opaques verticales telles que murs et façades

·         25 % de surfaces opaques horizontales telles que le toit et le plafond

·         10 % de luminaires

·         5% portes

Ces pourcentages suggèrent qu’investir dans l’isolation thermique et/ou l’isolation du toit réduirait de 85% le problème de dispersion thermique.

Calcul approximatif de la perte de chaleur faites-le vous-même

Pour avoir un diagnostic précis de la situation énergétique de votre logement il est nécessaire de s’adresser à un professionnel doté des compétences et des outils adéquats, mais il est possible de faire des observations empiriques pour avoir une vérification approximative de la situation. Tout ce dont vous avez besoin est un thermomètre et une horloge.

·         Vérifiez la température ambiante à 23h00 le soir après avoir chauffé la maison;

·         Répétez la vérification le lendemain matin à 8h00 ;

·         Répétez la même procédure plusieurs fois.

Nous listons quelques exemples d’observations :

·         Température à 23h -> 20°

·         Température à 8h -> 19°

·         Température à 23h00 -> 20°

·         Température à 8h00 -> 17°

·         Température à 23h -> 20°

·         Température à 8h -> 15°

Ce qu’il faut vérifier:

·         Dans le premier cas, la perte de chaleur n’est que d’un degré : maison bien isolée.

·         Dans le second cas, la perte de chaleur est de 3 degrés : la maison n’est pas complètement isolée.

·         Dans le troisième exemple, la perte de chaleur est de 5 degrés : la maison n’est pas isolée.

Dispersion de chaleur dans la maison : là où elle affecte le plus

L’évaluation des interventions de reconversion énergétique et de leur importance doit être faite par des personnes compétentes et des universitaires du secteur capables d’effectuer une analyse spécifique (audit énergétique).

En observant les pourcentages de déperdition thermique moyenne d’un bâtiment, on se rend compte quelles interventions sont prioritaires par rapport aux autres.

Sur la base de ce qui a été indiqué, nous pouvons certainement dire que les principales pertes de chaleur sont dues à des structures verticales et horizontales opaques (murs et toit) égales à environ 85 % (60 % murs verticaux + 25 % toit). Voyons plutôt comment les fenêtres et les portes conduisent à une dispersion globale de seulement 15 %.

A ce jour, les interventions de requalification énergétique les plus récurrentes pour réduire les déperditions de chaleur dans le logement sont les suivantes :

·         Agencements

·         Systèmes thermiques et solaires thermiques

·         Isolation thermique des murs et du toit

Compte tenu des coûts/bénéfices que l’on peut déduire de ces interventions, s’il s’agissait d’experts pour donner des conseils à leurs clients, il faudrait inverser la tendance et privilégier les travaux d’isolation de l’enveloppe du bâtiment avant les autres.

Changer la chaudière ou les appareils sanitaires sont des interventions courantes mais les moins efficaces au même coût par rapport aux résultats obtenus !

L’isolation thermique des murs et de la toiture (85% de dispersion) ainsi que des interventions ayant un coût limité vous permettent de réaliser des économies très importantes afin d’avoir un retour sur investissement économique en un temps très court.

Parmi les différents travaux d’isolation thermique pour minimiser les déperditions de chaleur il existe plusieurs possibilités pour isoler la maison :

·         Insufflation des murs (remplissage des cavités présentes dans les murs extérieurs typiques des maisons construites entre les années 60-90).

·         Remplacement des luminaires (avec des luminaires à rupture de pont thermique)

·         Bardage thermique intérieur (par apposition de panneaux isolants à l’intérieur des murs)

·         Enduit thermique extérieur (par apposition de panneaux isolants à l’extérieur des murs)

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur la note qui vous paraît juste

Note moyenne / 5. Compte des votes

Cet article n'a pas encore été noté... Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.