Depuis quelques années, le compostage s’est démocratisé et de nombreux foyers se sont tournés vers cette pratique qui n’est désormais plus réservée qu’aux seuls férus de jardinage !

Dès le 1er janvier 2024, même les plus réfractaires vont devoir se pencher sur la méthode puisque le compostage deviendra obligatoire pour chaque foyer. Toutes les collectivités devront alors assurer sa collecte et chaque ménage devra avoir un moyen de trier ses biodéchets… Soit en les compostant eux-mêmes dans leurs jardins ou dans leurs cuisines, soit en les apportant sur des points de collectes mis à disposition dans les espaces publics. Cette loi qui vise à lutter contre le gaspillage alimentaire, prévoit également une amende en cas de non-respect du tri des biodéchets.

Le compostage est un moyen simple et efficace de recycler les déchets organiques pour en faire un engrais naturel et produire un terreau riche en nutriments pour vos plantes. Il ne nécessite pas beaucoup de matériel et peut être fait chez soi dans un jardin, sur un balcon ou même dans une maison.

Pour pouvoir réaliser un compost de qualité dans de bonnes conditions, il est important tout d’abord, d’en comprendre le principe, mais également d’appliquer quelques bonnes pratiques pour pouvoir l’utiliser de manière efficace.

c’est ce qu’on vous propose de découvrir dans cet article.

Qu’est-ce que le compostage ?

Le compostage est un processus de transformation des déchets organiques en un produit riche en nutriments et en matières organiques qui peut être utilisé pour fertiliser les plantes. C’est un moyen naturel et durable de recycler les déchets organiques et de réduire l’utilisation des engrais chimiques.

Le compostage consiste à laisser des matières organiques (déchets alimentaires, déchets végétaux, coquilles d’œufs, etc.) se décomposer en présence d’oxygène, de micro-organismes et d’insectes. Les matières organiques se décomposent en un produit riche en nutriments et en minéraux qui peut être utilisé pour fertiliser les plantes.

Pourquoi faire du compost ?

Selon l’ADEME, les déchets organiques représentent 40 à 60% de nos ordures ménagères non valorisées. Le recyclage des déchets et leur transformation en compost représente une ressource encore largement sous-exploitée. Pourtant ses bénéfices sont divers : 

  • Écologique : Le compost permet de recycler les matières organiques et de les transformer en un fertilisant naturel très riche en nutriments bénéfiques pour la terre et les plantes. Son utilisation aide à maintenir un équilibre dans les sols, ce qui permet une meilleure absorption de l’eau et des nutriments par les plantes. Son utilisation permet également de réduire voire de stopper l’utilisation d’engrais chimique.
  • Économique : En réduisant  le volume des déchets organiques, il contribue à réduire les coûts de gestion des déchets. Il est également économique puisque facile à produire !

Matériel nécessaire pour le Compostage

Pour commencer à faire votre compost, vous aurez besoin d’un composteur ou d’un bac de compost. On trouve facilement ce type de matériel  dans les jardineries et les magasins de bricolage. Il existe également des composteurs muraux ou des lombricomposteurs qui sont parfaits pour les petits espaces, tels les balcons ou les vérandas. Vous aurez également besoin de petits ustensiles comme une pelle et/ou une fourche ( pour le jardin) pour mélanger le compost et aérer le bac.

Vous aurez également besoin de matières organiques, appelées « déchets verts ». Ces déchets peuvent inclure des épluchures de fruits et légumes, des déchets de jardin, des feuilles mortes, du papier journal et du carton, des coquilles d’œufs, des restes de repas, des épluchures de pommes de terre ou des peaux de fruits. Vous devez éviter de mettre des produits chimiques, des produits non-biodégradables, des matières animales ou des produits alimentaires trop acides ou trop sucrés dans votre compost.

Zoom sur les déchets compostables

Les déchets verts : 

  • Restes de fruits et légumes (trognons, épluchures…)
  • Fleurs
  • Marc de café, sachet de thé et filtre à café
  • Restes alimentaires de pâtes, riz, pain
  • Herbe de tonte

Les déchets bruns : 

  • Papier journal
  • Essuie-tout / mouchoir
  • Sciure
  • Bois broyé
  • Plantes ligneuses en copeaux
  • Brindilles
  • Ecorce
  • Feuilles mortes
  • Herbe sèche
  • Coquille d’œuf

Les déchets à ne pas composter :

  • Bois de menuiserie
  • Charbon de barbecue
  • Charbon de bois
  • Couches jetables
  • Fer, métaux
  • Feuilles vernissées (lierre, laurier…)
  • Gros bois
  • Liserons et plantes rampantes
  • Litières de chat et de chien
  • Matières synthétiques
  • Mégots de cigarette
  • Pierres
  • Plantes et végétaux traités
  • Poussière d’aspirateur
  • Résineux (thuyas, cupressus, aiguilles de pin…)
  • Terre et sable

Autres déchets organiques à ne pas composter : restes de viande, de poisson ou de crustacés, produits laitiers, litières d’animaux carnivores et excréments, graisses, sciures et copeaux, vieux terreau, ail et oignons.

Les étapes pour bien réussir son Compost ?

Une fois que vous avez réuni tout le matériel nécessaire, vous voilà prêt pour commencer votre compostage ! On vous donne ici les 3 règles d’or pour le bon déroulement de votre compostage.

  • Veiller à bien équilibrer et mélanger les déchets verts et bruns

Vous devrez assurer un bon équilibre entre les matières organiques vertes et brunes et surveiller la température du compost. La température du compost devrait être comprise entre 40 et 60°C pour permettre aux micro-organismes et aux insectes de se développer et de se nourrir. 

Vous devez également mélanger les différents types de déchets (verts et bruns) pour créer un mélange riche. Vous ajouterez des matières brunes (papier journal, carton) et des matières vertes (déchets alimentaires, déchets végétaux). 

  • Bien aérer

Et oui … le risque tant redouté de l’apprenti composteur … C’est qu’il y ait des mauvaises odeurs ! Alors pour éviter ces petits désagréments, on veille à une bonne aération :

  • Quand on ajoute des déchets, on les mélange bien au compost existant.
  • On utilise une tige d’aération une à deux fois par semaine (ou à chaque apport). On enfonce la tige jusqu’au fond de la compostière et on la tourne d’un quart de tour avant de la relever. Ce procédé crée des cheminées d’aération et mélange les matières. On procède de la sorte à plusieurs endroits dans la compostière.
  • On retourne son compost s’il s’agit d’un compost en tas.
  • Veiller à une bonne humidité

L’humidité doit être située aux alentours des 50-60%. L’eau est essentielle au développement des micro-organismes et sera apportée principalement par les composés azotés (ainsi que par la méthode de l’arrosage). Un manque d’eau peut ralentir la décomposition, et un excès entraver la bonne marche du compostage et provoquer des mauvaises odeurs. Il est donc important de mélanger des matériaux humides et secs. Si la température augmente dans le tas, un phénomène d’évaporation se produit. Il est essentiel de surveiller cela et de rectifier l’humidité si nécessaire.

Voici deux méthodes pour vérifier l’humidité de votre compost : 

Le test de la poignée

Cette méthode permet de vérifier l’humidité d’un compost en formation. Prenez une poignée de compost dans la main et pressez-la. Si quelques gouttes perlent entre les doigts et que le matériau ne se disperse pas quand vous ouvrez la main, le compost à une bonne humidité. Si un fin filet d’eau s’en échappe, il est trop mouillé. Si rien ne coule et que le paquet se défait, il est trop sec.

Le test de la tige métallique

 Cette méthode est applicable aux composts jeunes. Après 2 ou 3 jours, enfoncer une tige ou un tuyau en métal dans le compost (jusqu’au cœur si possible). Après 10-15 minutes, on retire l’objet : s’il est chaud et humide, le compostage se passe bien et a une bonne humidité; s’il est froid et humide, il est probablement trop mouillé; s’il est chaud et sec, il n’y a probablement pas assez d’eau.

Une fois que le compost est prêt, vous pouvez l’utiliser pour fertiliser vos plantes et votre potager, ou vous pouvez le mélanger à de la terre pour créer un terreau riche en nutriments.

Ce que l’on peut retenir

Le compostage est une option intéressante pour réduire les déchets organiques et améliorer la qualité des sols. Cette technique permet également de réduire la dépendance aux engrais chimiques et de contribuer à la protection de l’environnement. Pas besoin d’être un expert en jardinage ! Le compostage est relativement simple à mettre en place et peut être réalisé à domicile, ce qui en fait une solution pratique et rentable. Le plus important est d’être vigilant à bien choisir le mélange de matières organiques à utiliser, et de surveiller le niveau d’humidité et de température pour garantir un processus de compostage efficace. Lorsque le compost est prêt, il peut être utilisé pour améliorer la qualité des sols, et il constitue un excellent fertilisant naturel pour chouchouter vos plantes préférées !

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur la note qui vous paraît juste

Note moyenne 0 / 5. Compte des votes 0

Cet article n'a pas encore été noté... Soyez le premier !

Les derniers articles par Laure (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *